Discours de Mme Pia KAUMA, Parlement de Finlande

Puhe Pariisissa Ranskan, EU:n ja Sahel-maiden huippukokouksessa 13.12.2018

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Chers Collègues,

Permettez-moi tout d’abord de dire, que c’est pour moi un grand plaisir et un grand honneur de pouvoir parler du rôle des femmes dans le développement et la sécurité. Ce thème est si important pour moi personnellement. Mais en même temps c’est aussi une des priorités de mon pays, la Finlande. Nous savons par notre propre expérience, que l’égalité entre homme et femme est une base solide pour tout développement d’un pays et que l’égalité a été un point initial pour nous, lorsque nous avons commencé notre voyage pour sortir de la pauvreté et pour l’état providence que nous connaissons.

La Finlande d’aujourd’hui est un pays complètement différent de ce qu’elle était il y a cent ans. Au début du 20ème siècle la Finlande était déchiré par la guerre civile. Le développement que nous avons connu n’aurait pas été possible sans la participation des femmes à tous les secteurs de la société. Le tournant décisif, à mon avis, a été en 1921, lorsqu’on a garanti le droit pour les filles et les garcons pour aller à l’école. Une décision sage, digne et intelligente du point de vue économique. A partir de cette année-là nous avons vu une forte croissance du nombre de femmes en formation et par exemple dans les universités. Et en conséquence, les femmes bien éduquées ont contribué aussi à l’amélioration de la croissance et de l’emploi en Finlande. Les dirigeants de notre pays ont compris, qu’il est dans l’intérêt de notre pays d’intégrer le potentiel de tous les individus, hommes ou femmes sans distinction, dans le développement de notre société.

Selon les statistiques, l’investissement dans la formation des filles est particulièrement profitable. Les filles avec un bon niveau de formation sont capables, pas seulement de lire et écrire, mais aussi d’aider leurs familles à sortir de la pauvreté.

Les femmes ont eu, en effet, un rôle très important en construisant la Finlande dans les domaines politique, économique, culturelle et scientifique. Une étape essentielle dans le secteur politique a été atteinte en 2000, lorsque Madame Tarja Halonen a été élue présidente. Elle a été présidente de notre pays pendant douze ans. Il y a une rumeur qui dit, que à l’époque, il y avait des garcons qui demandaient sérieusement, s’il est possible, aussi, pour les garcons de devenir président de la République de Finlande…

La présidente Halonen a ouvert la voie à d’autres femmes. « Elle a été notre première de cordée ». Le pouvoir des exemples est fort. Mais l’exemple seul n’est pas suffisant pour aider les femmes à atteindre le vrai pouvoir. Il nous faut lever les obstacles et construire les structures afin de rendre tout cela possible. Les femmes ne peuvent pas atteindre leur potentiel maximal sans avoir les possibilités et la liberté de le faire. Aussi, comme c’est souvent la femme qui assume la responsabilité principale du soin et du foyer, il est primordial d’organiser des services de crèches et de garde d’enfants ainsi que des facilités d’accès au micro-crédit afin d’obtenir une certaine indépendance financière.

Chers collègues,

Comme le relève la fameuse résolution treize-vingt-cinq (1325) des Nations Unies concernant les Femmes, la Paix et la Sécurité, le rôle des femmes est essentiel. Les femmes doivent avoir accès aux tables de négociations sur la paix, parce qu’il a été prouvé, que le processus de paix est plus efficace, quand les femmes y participent à tous les niveaux. Localement les femmes ont un rôle prépondérant dans les négociations de paix.

Le Liberia est un bon exemple de pays dans lequel les femmes ont été très efficaces en ramenant la paix. Pendant la guerre civile au début des années 2000, les organisations de femmes ont travaillé dur afin d’assoir les parties autour de la même table. L’objectif commun était de rétablir la paix dans le pays. Les accords de paix ont été conclus en 2003 et les premières élections ont eu lieu en 2005. En conséquence, Madame Ellen Johnson a été élue première présidente, femme, d’Afrique.

Le renforcement de la sécurité implique aussi, qu’il nous faut investir dans la prévention et la gestion de crise, la médiation, le maintien de la paix et la consolidation de la paix. Et il nous faut, avant tout, faciliter le dialogue entre les partis opposés et lutter contre les préjugés. En Finlande, le dialogue est une composante essentielle de notre approche. Nous avons plusieurs acteurs dans le domaine de la médiation, comme notre Ministère des Affaires Etrangères ou l’organisation CMI, c’est-à-dire Initiative de Gestion de Crises (IGC) présidée par Monsieur Ahtisaari, lauréat du prix Nobel de la paix 2008.

La Finlande soutient vivement l’Initiative africaine qui s’appelle FemWise et qui est un réseau de femmes africaines pour la médiation et la prévention des conflits.

Mesdames et Messieurs,

Nous savons tous que la meilleure – et en fait la seule – façon d’obtenir des résultats et de vrais changements, c’est travailler ensemble. En conséquence, je voudrais encore une fois remercier nos hôtes. La coopération entre les pays du G5 et du Sahel ainsi que les pays bailleurs est très importante. Permettez-moi de vous assurer, que aussi le Parlement de Finlande soutient les efforts des pays du Sahel afin de substituer le dialogue et la médiation à la violence et installer une paix durable dans la région.

Merci pour votre attention!